Les salaires des diagnostiqueurs : les professionnels témoignent

04 Juin 2019

Partager cet article :

Daniel Branchet, 38 ans, exerce depuis 2 ans en tant que diagnostiqueur immobilier en région Occitanie. Il a accepté de nous parler de son choix de reconversion professionnelle, mais également de son salaire.

Daniel Branchet, vous n’avez pas toujours été diagnostiqueur immobilier. Qu’est-ce qui vous a poussé à changer d’orientation professionnelle ?

Effectivement, je travaillais dans un autre métier qui était lié au conseil aux entreprises. Toutefois, après 10 ans derrière un bureau, j’avais l’impression d’en avoir fait le tour. J’avais envie de quelque chose de plus concret, mais également d’indépendance.

Est-ce que cette transformation a été facile ?

Sur le papier, cela semble simple puisqu’il suffit de trouver un centre et de suivre une formation de diagnostiqueur immobilier. C’est d’ailleurs l’impression que j’ai eue lors de mes premières recherches.
En réalité, en se penchant davantage sur le sujet et les différences entre les centres de formation, on s’aperçoit par exemple que tous n’ont pas la même notoriété. La satisfaction des stagiaires quant à la pédagogie des formateurs n’est pas égale et l’accompagnement des stagiaires avant, pendant et après leur formation est loin d’être le même partout. Trouver le bon centre de formation est pourtant essentiel puisque c’est ce qui garantit de bien démarrer en tant que professionnel. Après avoir mûri l’idée de changer de métier, c’est finalement ce qui m’a pris le plus de temps et d’énergie. J’ai finalement choisi ADI et je ne le regrette pas, bien au contraire.

Vous exercez maintenant depuis 2 ans. En vivez-vous ?

Oui, après 2 ans, je vis confortablement de mon métier. C’est surtout juste après ma formation que j’avais une appréhension quant à ma rémunération. Je ne savais pas si j’allais parvenir à gagner au moins autant que dans mon précédent métier. Bien évidemment, cela n’a pas été le cas le premier mois, mais c’est rapidement allé crescendo. Je pense que la qualité de l’enseignement, l’accompagnement et la bonne image de marque de ADI y sont pour beaucoup. Ce sont des atouts indéniables pour bien se lancer, à condition d’en avoir la volonté.
En ce qui me concerne, j’avais les deux. Aujourd’hui je ne me plains absolument pas de mon salaire qui est très honorable. Celui-ci progresse d’ailleurs car je gagne régulièrement de nouveaux clients.

Demande de devis

Partager cet article :